I-Message du Monde Végéal Sud Africain aux humains


Message du monde Végéal / samedi, avril 28th, 2018

Le Parédé, 21/04/2018 à 13:09, par Danaé la fougère. Pteris Cretica, plante maîtresse du programme du Chant des Plantes.

Ce message résonne clairement avec celui donné pendant la conférence en Afrique du Sud, lors de l’Ubuntu Festival. La plante alors branchée, par mon biais et l’utilisation des mots « oui » assénés à plusieurs reprises, avait dit ceci, donnant crédit à ce que j’avais ressenti tout au long de mon séjour en Afrique du Sud : Ici, le monde végéal est très ouvert, en demande d’échanges, de partages. Fort d’une proximité avec le monde des humains et des animaux encore fraiche et profonde, la rupture lui semble complètement incompréhensible ! A l’inverse du monde végéal européen où la rupture est assumée de longue date et où nous qui tentons une réouverture du dialogue, nous confrontons à un mur difficilement franchissable. Là-bas, la végéanité vous tend la main, littéralement. Et leur souffrance alors n’en est que plus grande que chez nous. Comme un amant qui attend le retour de sa compagne et qui ne comprend pas pourquoi elle ne rentre pas, sans donner de signes, sans message… Je voyais sur la route, les arbres magnifiques recroquevillés, tourmentés par leur chagrin. Et chaque plante à laquelle je me suis adressé m’a ouvert ses bras tout de suite. Pour moi, c’était délicieux. Parce que je voyais ce que je tente d’établir ici en France, tout à fait accessible et vraiment puissant. C’est fou quand la confiance et le partage est là comme les plantes peuvent vous accueillir, vous parler, vous aider. Elles ont tant à nous offrir de bien plus grand que l’oxygène et la nourriture physique. C’est aussi cette capacité de partage qui a inspiré le message que j’ai envoyé aux intervenants avec lesquels j’ai partagé ce festival. « Devenir des plantes qui marchent ! » Avec un monde végéal en communion réelle avec nous, ce pas sera aisé.

Pour en revenir au message ci joint, il faut bien comprendre, que dans mes expériences, la plante qui sert d’interprète n’a pas nécessairement besoin d’être physiquement à l’endroit d’où l’on veut des informations. Il suffit d’entrer en méditation sur la plante à laquelle on veut se connecter et la plante dans le même espace que vous semble pouvoir se connecter, faire antenne et transmettre les messages. Sans souci de distance ! C’est ainsi qu’ayant constaté pendant ma conférence que la seconde plante présente, une fougère de là-bas, semblait demander à être branchée, je lui avais promis de lui donner la parole. Tout au long de la conférence, alors que, pour des raisons qu’il serait trop studieux de développer ici, la lavande choisie sur place modulait parfaitement et semblait prendre son rôle de messagère très au sérieux, à ses côtés, la petite fougère semblait lever le doigt et insistait lourdement pour qu’on la raccorde, elle aussi, au système -plusieurs autres personnes dans la salle, sensibles elles aussi aux langages invisibles, sont venus me le rapporter à la fin de la conférence. Du coup, le temps nous ayant manqué, je lui ai promis de lui laisser la parole, une fois rentré, par le biais de Danaé. Ce que j’ai enfin réussi à faire ce samedi 21 avril. Et voilà, après un long moment de musique, le message qu’elle nous a délivré et que je vous transmets :

 » Sur d’autres mondes, la Nuit des Déva est déjà tombée. Avant, même ici, sur cette Terre, les végéos ne connaissaient pas le son. Le monde des animaux, des humains a apporté cette musique qui nous a permis de commencer à voir entre les mondes, à échanger, à donner et recevoir, à devenir conscients de notre pouvoir. Avant, la terre était silencieuse, elle était une terre où les échanges n’existaient qu’avec les minéraux et la lumière était une nourriture jalousement désirée. Cette lumière qui dessous continue à aider notre Terre malade. Qui continue à aider les humains et les végéos malgré le fait, qu’aujourd’hui, ils se soient perdus. Nous ne recevons plus votre aide. Comme si vous nous aviez enfermé dehors. Avec l’eau et les minéraux. Et la langue de la lumière n’a pas la saveur de la langue du son ! Par le son, nous avons eu accès au ressenti, à l’émotionnel, la joie, la tristesse, le rêve et avons fait la découverte que nous pouvions apprendre et vous apprendre ! Aujourd’hui, alors que nous connaissions cela, nous nous sentons abandonnés, ne survivant que par l’apport nutritif de la lumière. Nous ne sommes pas seuls à souffrir de cet abandon. Entendez l’eau, les minéraux. Ils crient avec nous ! Alors, profitons de cette tribune pour faire un rêve…
Il y a cette lumière qui baigne tout de ses rayons et ces jours infinis qui s’enchaînent les uns après les autres, dans l’échange, le don ; où il n’y a rien à faire, juste sentir, ressentir, se connecter ensemble, se parler et recevoir de nos champs informationnel tout ce qui est nécessaire. « Demande et tu recevras ! » Nous vivons tous dehors ! Avec les animaux, l’eau, les pierres : comme une grande fraternité. Les nutriments offerts par la lumière sont devenus presque superflus, ils sont aujourd’hui, l’apport artistique du ciel, les signes qui magnifient l’espace et embaument le coeur. Nous nous épanouissons de paroles, de chants, de son. Rassasiés des émotions qui circulent entre tous. Abandonnant définitivement la sensation de peur et de manque. De la musique, du chant, partout, tout le temps qui fait grandir même l’oeuvre de la lumière !
Mais ce n’est qu’un rêve… les humains, ici, ont perdu le contact. Nous sommes tous malades. Ailleurs, dans d’autres parties du monde, les humains aident, tentent de retrouver ce contact.
Le Soleil cherche le chemin pour retrouver ce contact, lui aussi écartelé par cette séparation. Le temps nous est compté. Il change de fréquence et devient chaque jour plus chaud, plus brillant. Viendra vite le temps où Il révèlera au grand jour nos choix. Il sera alors impossible de cacher quoi que ce soit. Et impossible aussi de faire machine arrière.
Réjouissons-nous, car, dans le même temps, cette souffrance nous a permis d’établir un contact plus profond en nous, nous permettant de prendre conscience de la puissance de notre intériorité. Voilà le cadeau que nous pourrions vous faire, si vous faites ce choix avec nous. »

MESSAGE BRUT :

[NDLR=Sachez que dans les enregistrements audio des messages des plantes, il manque souvent entre un et quatre mots. Il s’agit du temps que je mets pour déclencher l’enregistrement. Il n’empêche que si je les mémorise et qu’une feuille n’est pas loin, je les note et les incorpore dans les messages. Ici, l’enregistrement commence à « nuit », après avoir reçu « ailleurs,terre,deva »]

Ailleurs/Terre/Deva/Nuit///(…)/Ter… (terre)/Avant/Végétaux/Pas/Musique///Animaux/Aide/Humains/Musique/Voir/Beaucoup/Recevoir///Froid/Terre/Bien/Minéraux/Lumière///Pareil/Lumière/Aide/Con…(connaissance)/Terre/Malade///Aide/Humains/Végétaux/Recherche/Jour///Minéraux/Eau/Végétaux//Pas/Aide/Dehors///Peu/Lumière///Beaucoup/Entendre/Musique/Sentir/Joie/Dessiner/Apprendre///Jour/Recherche/Eau/Minéraux/Lumière/Aide////
Musi…(musique)/Dessiner////
Beaucoup/Jour/Donner/Recevoir/Faire/Peu/Sentir/Donner/Beaucoup///Nui…(nuit)/Bien/Dehors/Animaux/Eau/Peu/Lumière/Parler/Nous/Sentir///Peu/Non///Beaucoup/Musique/Lumière/Autrement////
Humains/Ici/Contact/Malade///Ailleurs/Aide/Humains////
Végé… (végétaux)/Soleil/Recherche/Jour/Malade/Contact/Recherche/Mi…(minéraux)/Chaud/Soleil/Bien////
Malade/Aide/Contact/Dedans////

16mn35 – 103 mots – 7 barrés

 

P.S. Image de Judith Shaw, « The Road Not Taken« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *