Le matériel nécessaire pour composer des claviers de mots et permettre aux plantes de parler et d’écrire…


la recherche / mercredi, mai 20th, 2020

Copié-collé d’un article rédigé pour la page facebook du chant des plantes (et oui, elle en a une 😮 … encore) .

On m’avait demandé ces infos… donc les voilà. Plus nous serons nombreux à utiliser ces appareils et à faire des expériences sur le langage et plus les progrès devraient être importants. (NDLR : Je planifiais alors de faire une expérience avec des écoles pour apprendre aux plantes à écrire et pouvoir vérifier si le programme d’écriture que j’avais réalisé en MIDI avec l’appareil U1 était mieux utilisé par les plantes. Il suffisait de mettre des plantes dans des salles de classe de CP, CE1 et CE2 et les associant à l’apprentissage même sans le dire à voix-haute… nous étions en 2016 🙁 Le projet n’a jamais abouti )

• D’abord, il vous faudra le boitier Devodama U1 de Music of the Plants créé par la communauté de Damanhur ou, en France, à la Pépinière Botanique et Plantarium de Gaujacq au prix de 750 euros. (NDLR – En 2016, il était à 710 euros)

• Logiciel de MAO trouvable sur PC et MAC (perso je suis sous Logic Pro… Mac oblige) : Ableton Live mais seulement en version Suite, sinon vous serez sans Sampleur. Et c’est le sampleur le centre de notre travail, vu que c’est lui qui permet de créer des claviers avec des sons enregistrés ou récupérés par vos soins. (je le connais un peu sur mac et il est très intuitif) Il y a un sampleur dans la version suite (499 euros) https://www.ableton.com/en/shop/

• Après pour triturer le MIDI, c’est compliqué (faire écrire par exemple ou faire des actions : ouvrir, fermer itunes, etc.) perso j’utilise Bome MIDI translator Pro (59 euros)Au besoin, je peux vous envoyer mon fichier bipmap avec le clavier Azertyuiop pour écrire.https://www.bome.com/products/miditranslator/purchase

• Après, le plus important et le moins cher ;), c’est le cable MIDI-USB qui permet au boitier U1 qui a une sortie MIDI de communiquer avec votre ordinateur. Perso, j’ai la Uno de M Audio, USB MIDI (DIN 5 broches) Output/input qui vaut 29 euros.

• Pour ceux qui sont sur mac, le sampleur est l’EXS 24 de Logic Pro x qu’on peut aussi utiliser avec Mainstage qui est vendu avec pour le prix de 199,99 €… Pour une fois que les Mac User payent moins cher. En plus l’application a une banque de sons incroyable !!! http://www.apple.com/fr/logic-pro/

A ce jour, en 2020, si je pouvais changer tout cela pour le mettre sous linux et avec des logiciels en open source et libres, je le ferai. J’aurais tout cela mais à prix libre et avec des logiciels dont je sais ce qu’ils font et sont. Mais je n’ai pas de machine qui tourne sous linux (la prochaine ? 😉 ) et refaire tout un set qui marche me terrasse par avance.

Par ailleurs, depuis l’écriture de ce message, Damanhur a sorti un boitier deux fois moins cher, le Bamboo. Il est portatif et peut donc vous accompagner dans les balades sans avoir besoin d’autre chose que ce boitier qui a une enceinte intégrée. PAR CONTRE, il faut comprendre que la stabilité du signal sur le Bamboo n’est pas du tout équivalente à celle du U1. Du coup si vous voulez faire des expériences avec des protocoles, utiliser le bamboo va rendre vos expériences compliquées. Et pour la plante aussi. Après, je n’ai eu entre les mains que la version test avec laquelle je me suis bien amusé, mais qui ne m’a jamais donné envie d’en acquérir un, tant mon travail avec l’appareil demande le plus de stabilité possible dans les signaux électriques.

JE RAPPELLE ICI que les boitiers de Damanhur ne se basent pas sur l’électricité interne de la plante, ni sur son « son intérieur », mais sur la RESISTIVITÉ de la plante, c’est-à-dire qu’il envoie un signal électrique dans la plante et traduit en son MIDI le temps que met le signal à revenir. Du coup, elle doit faire des mouvements de lymphe pour déclencher l’appareil. Ces mouvements peuvent être nécessaires à la plante pour vivre tout simplement, mais, ce que j’en ai expérimenté, me fait dire qu’elle peut faire ses mouvements dans le seul but de communiquer avec nous. Toutes les approximations que vous entendez sur l’appareil viennent du fait que peu de gens se sont penchés sur le brevet de l’appareil qui explique très clairement cela.

8 réponses à « Le matériel nécessaire pour composer des claviers de mots et permettre aux plantes de parler et d’écrire… »

  1. Bonjour,

    merci pour ces informations intéressantes !
    Je ne connaissais pas ce système, donc j’ai regardé un peu. J’ai notamment regardé les dispositifs de Music Of The Plant et je ne comprends pas le « choix d’échelle »… Si la différence de résistance au niveau de la plante est traduite en signal MIDI, on ne devrait recevoir que ces signaux et ce choix d’échelle (mineur, majeur, pentatonique…) ne correspond à rien…
    Ou alors est-ce lié aux « scénarios musicaux » dont je ne comprends pas l’utilité ?

    Merci pour ces réponses et bonne journée !

    Jonathan

    1. Pardon du retard, votre commentaire avait passé les mailles de ma surveillance 😉
      Justement parce que de façon logicielle on peut décider de comment le message midi sera traduit. On peut empêcher le signal midi de passer par toutes les notes et choisir les échelles que le son prendra (mineur, majeur, pentatonique, etc.). Du coup pas mal de gens qui utilisent l’appareil se servent de ce « limiteur » pour avoir une mélodie audible et musicale. Perso, je préfère la laisser libre sur les 12 tons même si j’accueille volontiers que la plante pourrait préférer d’être encadrée pour jouer dans le ton sans faire toute la gymnastique pour.

      1. Bonjour Motokiyo! c’est moi du coup qui suis désolée de ne pas vous répondre plus tôt!!
        Je n’ai pas été avertie de la reception de votre message mais là comme je revenais sur votre site en recherche de ce que je vais vous exposer plus bas, je me suis dit « tiens je vais jeter un coup d’oeil sur les réponses, il n’a peut-être pas vu mon message » (je pensais en être alertée mais non…à paramétrer) mais si! et en plus vous vous excusez du retard de quelques heures!! Merci pour votre attention par conséquent.
        Bon personnellement j’aimerais bien en savoir plus: le voir, et vous voir au travail: est ce que c’est quelque chose qui serait faisable?
        Artiste je ne suis plus intermittente mais au RSA ce qui m’a un temps freinée dans ma créativité, sensation d’échec, puis aujourd’hui m’a fait prendre des décisions: j’ai besoin de mon autonomie financière du coup des entretiens sont prévus mi août à Rennes dans une boutique de miels bien bien savoureux avec plein de choses à apprendre, même si j’ai déjà un peu d’expérience auprès d’un apiculteur en wwoofing.
        Mi août c’est dans un mois et ayant défini mes besoins (écrire, chanter, composer, revenir à la terre)je cherche à me poser dans un lieu où je puisse écrire, des chansons notemment, chanter, et travailler la terre, apprendre des personnes sur place pas tant sur la permaculture que je connais un peu mais sur des choses plus spécifiques, chez vous ce serait la musique des plantes, mais aussi toute la démarche conscience visible /invisible que vous expérimentez, partager cela, nos expériences, des lectures, des moments d’écoute, de silence.
        J’ai contacté un autre lieu Leck Lecka chez qui par exemple j’ai relevé aussi des profils de personnes dont les connaissances m’intéressent, en soins, écoute, divertsité de parcours.
        Surtout je cherche un lieu où bien que travaillant sur des créations, je mette la main à la pâte en fonctions des besoins du moment.
        J’ai grandement besoin de retrouver la terre, le sol, et ma nature propre: dans un de tes articles tu parlais de cela: qu’on ne pouvait juger untel ou unetel, et je suis à l’heure actuelle à ce point là où d’abord je me suis jugée très sévèrement et ensuite ai besoin de rééquilibrer mon masculin et mon féminin, je suis très dans le mental facilement, et il y a une partie de moi qui adore la construction, l’ingénierie, le comment, la recherche, les sciences (tu as peut-être vu le film « i origins »? et une autre partie qui a besoin d’accepter sa vulnérabilité, via la transcendance des ses blessures pour incarner son féminin. Bref je suis en chemin mais comme je ne me suis pas encore intégrée à Rennes depuis un an au niveau créatif et professionnel, attendant sans doute d’être parfaite pour faire le premier pas alors que chaque fois une petite voix dans ma tête revient récurrente « chante la vie chante comme si tu devais mourir demain » et tu parlais de ces enfants qui meurent chaque minutes…oui…

        Si cela vous parle, que vous êtes disponible sur la période mi juillet mi aout pour une durée qui vous semble appropriée compte tenu de votre organisation propre et actualités, vous pouvez me faire signe! Pas de drame si ça ne l’est pas c’est que ce ne sera pas le bon moment ou bon tout court! J’ai confiance en ça.
        Bonne continuation en tous cas.
        Je surveille mes messages du coup: je dois bien trouver une alerte quelque part. Merci. Caroline

        1. Vous dites mi-juillet, mais nous sommes mi-juillet 😉
          On est absent quelques jours et il y a beaucoup de passage cet été. De plus la grande allant à la fac l’année qui arrive, nous allons l’accompagner. Du coup après la rentrée de septembre, ce serait mieux pour nous.

  2. Bonjour: j’ai découvert aujourd’hui le chant des plantes via mon imaginaire créatif qui en déambulant au sein d’une roseraie, saisie par les couleurs des fleurs, d’un coup l’image de traits partants d’elles comme des notes constituant une symphonie s’est imposée à moi. Après j’ai écouter l’énergie des fleurs en mettant ma main plus ou moins près et ai senti combien cela m’ancrait. Puis instinctivement l’idée m’est venue de faire une recherche sur la musique des plantes: c’est là que j’ai découvert le travail fait au plantarium de Gaujacq, les ai contacté, pris connaissance du festival cet été puis en cherchant si d’autres personnes s’intéressaient au sujet ai vu la vidéo tournée « permafutur » où j’ai appris que Damanhur avait inventé ces boitiers dans les année 70.
    Je n’ai ni les fonds ni le jardin pour experimenter cela actuellement mais je m’intéresse du coup à la connexion qui a fait que mon cerveau m’a ammené l’idée et la vision de ces traits de notes: ai-je une connaissance inconsciente qui s’est révélée quand je me demandais ce par quoi je voulais « gagner » de l’argent: tout cela a dénouer un goût pour la science, la recherche mais aussi l’émerveillement face au tout puissant, goût enfoui depuis quelques années et m’a remise sur la pise de la sensibilisation via les connaissances transversales des uns et des autres. Je suis donc ravie quand je lis que vous vouliez expérimenter cela en école: avez vous pu le faire depuis? est-ce à l’étude? proposez vous des séjours types découverte ou wwoofing ou des rencontres? Je suis très curieuse de sentir comment cela fonctionne, pourquoi tel son, pourquoi un nombre limité de « types ». Avant hier je faisais une recherche sur Damanhur en cherchant des centres spirituels: ça fait un bout de temps que je tourne autour à vrai dire et le fait d’apprendre qu’ils sont à la source de cette idée me sensibilise davantage encore. Y êtes vous allé? whaaaaa……………..bon merci beaucoup et sacrée continuation! Caroline

    1. Oui, nous reçevons parfois en woofing ici mais pour le potager pas pour la musique des plantes. Par contre ça peut faire parti des moments à côté. Oui, nous sommes allés à Damanhur pour voir de près tout cela. Nous y sommes restés une dizaine de jours et y avons acheté le boitier à ce moment là. L’appareil est utile pour retrouver le fil de la communication avec le monde végétal. Mais nous pouvons aller bien plus loin sans l’appareil. Aujourd’hui, je l’utilise surtout pour les conférences et les démonstrations, mais dans la vie de tous les jours, je communique directement avec elles et ça marche très bien. Pour la dimension soin et musique Jean est allé beaucoup plus loin que moi qui m’intéresse plus à la communication verbale avec les plantes. Il a écrit un livre sur le sujet il me semble. N’hésitez pas à m’envoyer un mail pour me dire si travailler au potager une semaine au début de l’automne peut vous intéresser.
      A bientôt.

  3. Bonjour Motokiyo,

    merci pour votre message et désoléee pour le retard du mien: je pensais avoir mis en place une alerte mais il faut croire que non.
    Donc d’abord merci pour ces infos: je revenais sur votre site parce que je cherchais en ce moment un endroit où me « poser » pour écrire et composer tout en alliant travail à la terre et apprentissage qui font sens pour moi actuellement.
    Je retiens votre proposition pour le début de l’automne ça peut être bien chouette. Et oui j’aimerais bien m^ler travail au jardin et découvert de l’instru mais aussi echanger sur ton parcours et le fait que tu communiques avec elles ismplement à présent. De mon côté je me baigne dans leurs énergies, je « vois » des lignes symphoniques et ça s’agence petit à petit en projet créatif de chant vibratoire humain en echos avec elles et de ballades sensorielles ouvertes au plus grand nombre en sensibilisation.
    Je suis contente pour vous que vous ayez découvert Damanhur, c’est un lieu qui me trotte dans la tête depuis un moment. Le cursus éducatif me fait saliver!! Après c’est comme tout je pense que c’est personnel et pour avoir vécu dans pas mal de communautés alternatives ou chez des personnes vivant en autarcie au Canada je me suis apperçue que l’ostracisme n’était pas loin lors même que nous vivons dans une comunauté géante qui nous dépasse. L’équilibre à trouver, à créer au fil des expériences qui ne figent rien. J’ai travaillé en seva 3 semaines dans l’ashram d’Amma et j’ai beaucoup appris sur moi, sur l’autre et sur l’idôlatrie, ça fait avancer. On n’est pas éduqué à tellement de choses qui nous dépassent que lorsqu’on y touche on peut vite s’emmêler le cerveau.
    Donc du coup bel été et je vous tiens au courant pour cet automne. Je devrais démarrer un travail dans une boutique de miel histoire, depuis que je n’ai plus mon intermittence et que je suis au RSA, de retrouver une autonomie financière pour créer librement.
    A bientôt, merci
    Caroline

    ps: je vous mets en lien web un site que j’ai découvert où j’expose certains de mes dessins. Partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.